Aujourd’hui, la boîte de marketing web Effet médias s’est intéressée aux défis relevés par le très dynamique Roger Poulin, dont le Xtrail du mont Orford 2018. L’entreprise a réussi à obtenir une entrevue avec cet homme hors du commun.

Déjà à la soixantaine, quelle préparation a exigé le Xtrail?

C’est avec sagesse et prudence que j’ai amorcé la préparation physique et mentale de mon prochain défi, le Xtrail du mont Orford.

N’étant plus de la première jeunesse, je devais aborder avec patience des exercices de développement musculaire moins intenses et dirigés par un entraîneur qualifié. Ainsi, j’ai pu augmenter la force de ma posture car les jambes et le tronc sont très sollicités durant un trajet de course à pied.

Tout au long du processus, je me concentrais sur le plaisir que je retirais de mes exercices. Je m’encourageais aussi à éviter de me comparer aux autres. Je considère le souci démesuré de la performance comme néfaste au bon développement personnel.

Comment avez-vous vécu cette expérience autant physiquement qu’émotionnellement?

Xtrail 2018Au départ, lorsque les officiels nous ont fait part des conditions météorologiques difficiles qui s’ajoutaient à un parcours accidenté, j’ai décidé de me faire confiance et de me motiver.

Ce jour-là, le temps était à la pluie et le terrain était devenu boueux. Les déplacements exigeaient donc plus d’efforts, autant sur une pente ascendante que descendante. J’ai également été confronté à une température de 5 °C dans un maillot détrempé durant une partie du trajet.

Puisque cette traversée s’avérait un exercice très dur pour mon corps, je surveillais attentivement mon rythme cardiaque grâce à une ceinture cardio. Ainsi, j’arrivais à garder un tempo régulier quel que soit l’état du sentier.

J’estimais qu’il me fallait savourer chaque moment de cette expérience en prenant le temps d’observer la nature et d’aborder certains passants. J’en profitais pour exprimer ma joie et ma gratitude de pouvoir participer à un tel événement à mon âge.

Comment s’est déroulé la récupération après ces efforts?

Le retour au quotidien s’avère aussi important que la préparation elle-même. Le corps prend plus de temps à écouler son acide lactique lorsque l’on vieillit. J’avais donc prévu peu de déplacements durant les 48 heures suivant le Xtrail. Les étirements légers et graduels ont été essentiels au rétablissement de mon fonctionnement habituel. J’ai aussi bu de l’eau régulièrement. Coté personnel, j’ai pu évacuer beaucoup d’émotions découlant de la fierté de mon succès.

Avez-vous d’autres défis physiques en préparation?

Pour les prochains mois, je me concentre sur la planification de mon prochain voyage. Toutefois j’ai aussi comme objectif physique d’atteindre mon poids santé et de renforcer d’avantage mon tronc.

Quels conseils donneriez-vous à des personnes de 60 ans et plus pour leurs défis ou leurs projets?

Tout d’abord, la santé et le mieux-être commencent dès la soixantaine. Il est donc important de réagir tôt et de se donner du temps pour rester en bonne forme physique. Aussi, il est favorable d’accepter l’aide offerte et les conseils des autres peu importe leur âge. Ensuite, l’entraînement demeure une démarche individuelle. On doit donc résister à la tentation de dépendre d’un groupe afin de conserver sa motivation personnelle.

À la retraite, il est positif, pour notre environnement personnel et social, de commencer à offrir une contribution bénévole à la communauté. Chacun détient le seul pourvoir de changer son propre monde en s’inspirant mutuellement.

Laisser un commentaire

Fermer le menu